01/07/2009

Lettre du mois

Chers amis
Vous pourrez lire lettre du Père Xavier dans les commentaires. En pratique :
- Le bâtiment de logement sera achevé en 2009.
- Le bâtiment polyvalent (25x30 m) pourrait suivre en 2010
Des constructions pour le vivre ensemble de 3 quartiers. Financement à trouver : 10.000 € restant pour le 1°, 80.000 à 90.000 pour le 2°.
Est-ce impossible ? Merci pour vos dons et commentaires.
Yves Bechetoille.


1 commentaire:

G.S.A. a dit…

Chers amis,
Nos visiteurs nous disent: A Délaténa (à Hann, à côté du collège mariste) vous êtes bien installés ! Pourquoi bâtir ailleurs ?
La réponse vient de l'autorité : notre archevêque nous demande de fonder une nouvelle paroisse, plus centrale, plus indépendante du collège, plus ouverte sur ce monde si différencié de nos trois Secteurs : Hann, Dalifort, Yarax.
Notre mission humaine et chrétienne est en effet d'aller à la rencontre de l'autre dans sa différence qui nous enrichit, dans sa souffrance et sa fragilité qui nous émeuvent, dans sa culture qui nous apprend à l'identifier et à reconnaître ... notre propre identité.
C'est dans cet esprit de rencontre et de reconnaissance que nous devrons
plus tard déménager. .
Ma propre histoire me rappelle que je suis un vrai pèlerin :
de la France à l'Espagne, du Sénégal au Burundi, du Cameroun à ... un autre Sénégal revu 15 ans après, avec un boum démographique étonnant.
Voilà pourquoi je me dois d'affronter l'avenir sans trop d'état d'âme:
oubliant le passé je me lance en avant ... à la découverte de l'homme ancien et de l'homme nouveau.
Concrètement, cela veut dire que nous avons dû, depuis plusieurs années, préparer cette « délocalisation », et nous avons dû opter pour un certain terrain, batailler pour l'obtenir, transpirer pour le clôturer, nous battre encore pour obtenir des financements, et cela avec toute notre équipe paroissiale et ... avec vous-mêmes!
Nous venons de vivre un appel d'offre pour le choix d'une entreprise en vue de construire ce nouveau presbytère; choix douloureux car il fallait tenir compte de nos faibles finances, acceptant le meilleur marché et ... sacrifiant un étage pour démarrer ce chantier dans des conditions réalistes.

Il faudra maintenant suivre de près les travaux, vivre la dynamique du provisoire et penser à un abri pour les grands rassemblements sans attendre le « temple de Salomon» dont rêvent depuis longtemps certains paroissiens.
Cette dynamique du provisoire est celle de la mission: nous obligeant à rester éveillés à cette rencontre de l'autre dans sa diversité :
le chrétien déshérité est mon frère, je ne peux le marginaliser,
le musulman voisin est aussi un frère croyant: sa religion peut me dérouter,
et son totalitarisme me gêner, c'est pourtant avec lui que je dois fraterniser; d'ailleurs, le musulman sénégalais garde cette âme africaine qui le transfigure.
Le 12 septembre, nous fêterons les 50 ans de notre minuscule chapelle du « Saint Nom de Marie », dénommée avec humour« Notre Dame des rails»
(en pleine gare ferroviaire avec le charme du passage de wagons cahoteux).
En 1959 les chrétiens érigeaient donc ce premier lieu de culte de tout un secteur émergeant de la brousse et bordé de dunes de sable: époque bien révolue, sans commune mesure avec le grouillement humain d'aujourd'hui avec ses problèmes de santé, de chômage, de pollution et d'anarchie.
Comment ne pas évoquer ici ces enfants mendiants que vous surprenez à tous les coins de rue et qui nous donnent cette mauvaise conscience que l'Etat ne fait plus face à son devoir prioritaire d'éducation, et que nous-mêmes nous faisons si peu. Il faut le dire, l'avenir est sombre et la communauté chrétienne ne peut pas baisser les bras, face à des appels qui se multiplient. Vous en êtes, par nous, la caisse de résonance.
L'Association pour la Promotion de l'Enfant et de la Femme APEF, que nos jeunes prêtres maristes africains ont lancée, va bien dans ce sens, mais il faut dire que nos forces sont si limitées et les solutions si complexes, qu'il ne faut pas s'étonner des difficultés. Le grand projet d'une école mariste dans la grande banlieue de Dakar va dans le même sens et constitue pour nous un défi que nous voulons relever.
Chers amis, voilà dressé le tableau d'une mission qui nous est confiée.
Les ouvriers sont peu nombreux et la moisson immense ... Que le Maître de la moisson en soit interpellé !
Xavier,
Le dimanche 7 juin 2009, en ce jour de première Communion, ici à Hann.